C’est corrigé

L'Open 500 et sa sacrée trappe

Épisode précédent >> Les joies de l’Open

À la comparaison des deux pièces, celle qui a passé presque dix ans à naviguer et celle qui a sans doute passé une période indéterminée sur une étagère on voit bien que la trappe manque sans doute de rigidité et de résistance au fluage. Contrairement à ce qu’a affirmé le constructeur, Jean et moi pensons qu’une rectification est possible sans trop d’effort en rigidifiant la nervure centrale de la trappe avec deux vieilles lattes placées tête-bêche de chaque coté pour ne pas augmenter la hauteur de celle-ci qui pourrait être limitée par la géométrie du puits de quille et de son mécanisme (faute de plans publiés par le constructeur, on pourrait éventuellement faire des essais pour trouver la hauteur permise mais c’est trop compliqué).

On mesure donc la courbure de la coque et on essaye de la reproduire avec des cales sur le plan de travail de Jean (architecte et constructeur de ses propres bateaux). On colle les lattes à l’époxy chargé puis on enrobe la nervure rectifiée en tissus de verre UD. Le lendemain la nouvelle trappe rectifiée est prête et épouse presque parfaitement la géométrie du bord inférieur du puits de quille.

Jean renforce l’âme de la trappe pour la rigidifier

Il a fallu enlever les lèvres et le bailer pour pouvoir enlever la trappe sans démonter le mécanisme de quille. On a dû aussi enlever le hublot du puits pour pouvoir gagner les 2 mm qui nous manquaient pour dévisser la liaison articulée entre la quille et la trappe. Mais le travail le plus physique a été de nettoyer proprement les restes de Sikaflex coté coque et coté lèvres et bailer. En parallèle j’ai aussi poncé en humide (240 – 400 – 800) la peinture antifouling (de 2016 et retouchée au printemps) VC 17 M Extra. J’ai aussi proprement poncé l’intérieur du puits pour y mettre deux couches de barrière d’étanchéité et d’accrochage et une couche d’antifouling. À l’arrière du puits, j’avais auparavant ajouté deux guides en mastic époxy pour m’assurer que les deux fourches arrières de la trappe restent à tout moment au ras de la coque et du bailer.

De nouveaux guides pour la trappe
Mon chantier

Je remonte la trappe rectifiée, le bailer et les lèvres puis passe une couche presque générale (il en manquait un tout petit peu à la fin) d’antifouling

La trappe corrigée sans ses lèvres
La trappe avec les lèvres

On voit sur cette dernière photo, avant de passer l’antifouling sur la trappe, que l’ajustement entre l’arrière de la trappe et le bailer n’est pas encore parfait. La trappe est exactement là ou elle doit être et le problème est que le bailer a pris une forme courbe que je n’avais pas remarqué auparavant. Comme j’ai pris rendez-vous avec la grue pour remettre le bateau sur sa remorque, je décide de ne pas y toucher pour le moment. Le bailer est sans doute trop large d’un mm ou deux sur sa partie avant. Il faudrait l’enlever une nouvelle fois, le raboter proprement et le remettre en place. Une prochaine fois.

Il faudrait aussi une prochaine fois poncer au 400 – 800 -1200 la couche d’antifouling car le VC 17, donné pour être sans besoin de ponçage, s’est avéré être un peu trop granuleux en pratique. Comme cette peinture ne peut pas être appliquée au pistolet, il ne reste que le ponçage.


Épisode un >> Fermeture du puits de quille

Épisode deux >> Les joies de l’Open

Les joies de l’Open

Ou, les joies de son mécanisme de quille et 
de son service commercial particulier

Résumé de l’épisode précédent (Fermeture du puits de quille):

En nettoyant ma quille avant le déplacement de Biscarrosse de fin avril 2017 puis en plongeant deux fois après notre retour mouvementé, je constate que mon volet de trappe du puits de quille ne se ferme pas proprement et laisse un espace de 1-2 cm à l’arrière qui n’améliore pas la glisse du bateau. Je demande au  constructeur d’intervenir. Il accepte de recevoir le bateau dans son usine voisine, inspecte le bateau et constate:

Trappe de fermeture du puits de quille

En position basse la trappe ne vient pas se plaquer complètement pour obstruer le puits au niveau du bailer, cela est due à un déformation de la trappe sur la longueur.

Comme le constructeur constate aussi

-Intérieur du puits avec beaucoup de dépôt sur 5-10cm de haut et aucune protection étanche dans le puits n’y antifouling, attention risque d’endommager le système de trappe et à l’osmose si le bateau reste trop longtemps immergé.

Je lui demande alors d’effectuer le nécessaire et de poser la protection d’étanchéité et l’antifouling

Fin du résumé


La réponse du service commercial est plutôt cassante:

(..) nous ne pouvons pas poser d’antifouling chez nous. Il faut se rediriger vers un chantier.

Il y a 2 options :

– option 1 on change la trappe chez nous. Remontage identique à un bateau neuf.

Devis envoyé.

-option 2, on vous vend la trappe. Vous la faites monter par un chantier…. Et vous faites poser de l’antifouling.

Dans l’option 1, comme le bateau n’est pas fait pour rester à l’eau, il est possible que la trappe cesse de fonctionner comme le cas actuel. (..)

Je décide bien évidemment de récupérer le bateau pour éviter le gâchis et les délais d’une double mise sur ber, d’acheter la trappe neuve et de faire les travaux moi-même avec mon ami Jean dans la zone de carénage du Port de Hyères qui a un ber disponible qui semble pouvoir faire l’affaire.

À l’usine lors de la récupération du bateau, j’ai une bonne conversation avec Mathieu qui me décrit bien gentiment les étapes et les difficultés pour changer la trappe sans avoir à changer les réglages du système de relevage de quille. Il m’explique que si la barrière d’étanchéité mise l’année dernière sur la trappe et à l’intérieur du boitier de quille n’a pas tenu c’est que les éléments n’avaient pas été poncés auparavant pour faciliter l’accrochage. Commentaires très justes. J’obtiendrais aussi ensuite d’autres détails et d’excellents tuyaux de procédure en téléphonant à Fred.

De retour à la maison j’examine la nouvelle trappe sortie de son emballage et là j’ai la surprise de constater que cette trappe n’est pas aussi plane qu’attendu mais trop courbe à vue d’œil et avec une courbure de 4 cm de flèche alors que ma trappe actuelle a une flèche de 1-2 cm. Je pense que la pièce pourrait être défectueuse et j’en informe le service commercial par SMS avec photo à l’appui.

La trappe neuve OEM fournie par le constructeur

Réponse du service commercial de nouveau surprenante:

Vu avec Mathieu à l’instant. Il a remis la pièce dans le gabarit ce matin, elle est conforme. Si ce n’est pas le cas, ramenez la au magasin, on vous remboursera.

Demain je mets le bateau sur le ber dans la zone de carénage du Port de Hyères et pourrais mieux comparer la nouvelle et l’ancienne plaque.

La suite au prochain épisode >> C’est corrigé

Fermeture du puits de quille

Forum Open 500

Vendredi 7 juillet 2017:

Aujourd’hui j’ai plongé pour nettoyer ma quille et ma coque et j’ai constaté une fois de plus que ma plaque de fermeture du puits de quille ne se met pas en place proprement lorsque la quille est en position basse. Je rappelle que je laisse mon bateau en poste à quai et pour cela j’ai dû mettre une peinture sous-marine. La peinture sous-marine n’a pas adhéré ni sur le plastique de la plaque de fermeture ni à l’intérieur du boitier de quille.

Je pensais que mon problème, déjà constaté à deux fois, était dû à des concrétions marines. Mais cette fois-ci je pensais avoir fait le nécessaire en nettoyant à fond la plaque et le boitier avant la mise à l’eau et en laissant la quille baissée en permanence depuis la dernière mise à l’eau.

Il y a environ un centimètre entre les lèvres de quille et la plaque et cet espace a dû apparaitre à la toute première mise à l’eau et descente de quille après ce nettoyage. Cela doit me faire un bon petit frein hydraulique permanent.

Quelqu’un a-t-il entendu parler de ce problème pendant les dix ans d’existence du bateau? Je me rappelle avoir vu des images d’une plaque en métal qui doit être bien plus lourde et donc moins sujette à ce problème. Est-ce une amélioration plus ou moins récente du bateau? Quels palliatifs en attendant le changement éventuel de la plaque pour une plus lourde?


Samedi 8 juillet:

Aujourd’hui, nouvelle plongée en apnée avec une ventouse et toutes sortes d’outils pour un nettoyage minutieux du bas du puits de quille et de la plaque. Rien à faire. La plaque butte à l’arrière contre les parois du puits à l’intérieur de la boite arrière d’évacuation d’eau. Je pense qu’il faudrait raboter la plaque à cet endroit.

Je me rappelle qu’après l’achat du bateau j’avais constaté que le couvercle inférieur de la boite arrière d’évacuation d’eau était endommagé sur un coté et je l’avais remplacé. Il y a visiblement un problème qui ne date pas d’hier. Pour y voir clair il faudrait mettre le bateau sous un portique quille baissée, décoller les lèvres et le couvercle de la boite arrière, raboter la plaque de fermeture et tout remonter. C’est rageant de devoir faire cela en pleine belle saison!

Qui a vérifié en plongeant quille basse que sa plaque se mettait proprement en place sur toute sa longueur?


Dimanche 9 juillet

Arobas:

Bonjour,
j’ai prévu de faire cela le week-end prochain (grutage et vérification du bon positionnement de cette plaque)
En ce qui me concerne, le bout de la plaque (fourchette) était cassé d’un côté et après réparation et quelques heures de navigation, il a cassé de nouveau lors de la Milles Secousses. (je ne comprenais pas pourquoi le bateau n’avançait plus mais en faite la plaque cassée avait décollé une lèvre qui pendait sous le bateau)
Je trouve ma plaque assez courbée et je pense qu’elle est mal ajustée et que c’est pour cela qu’elle casse.
Par contre, je ne crois pas qu’il soit nécessaire de décoller les lèvres pour la retirer : quille baissée de quelques tours jusqu’à voir le boulon qui maintient la plaque par la trappe sur le côté du puits, il suffit d’enlever le boulon, de faire pivoter la plaque pour la récupérer par dessous.
Y’a plus qu’a …


Ma réponse:

Le schéma de ce mécanisme de quille semblant être top secret, de ce que j’ai vu de photos de démontages publiées, je pense que cette plaque est poussée vers l’arrière et vers le bas par la tête de la quille lors de la descente de la quille. À un moment donné le bout de cette plaque, la partie arrière en forme de fourchette bute sur soit les lèvres de quille soit sur la partie arrière amovible de la boite d’évacuation d’eau. Lorsque j’ai acheté mon bateau à Paris-Voile un coté de cette partie arrière amovible était bien défoncé et je me suis dit qu’il suffisait de remplacer cette pièce pour régler le problème. Erreur! grosse erreur. Ce que j’ai maintenant est une plaque de fermeture qui colle bien aux lèvres du puits sur sa partie frontale puis qui s’incurve vers le haut pour finir avec un espace de 1,5 cm environ dans sa partie arrière. Je suppose que les deux dents de la fourchette arrière de ma plaque rencontrent un obstacle en fin de course et passent par dessus pour créer cette courbe et ce décalage avec les lèvres. Cependant en passant mes doigts en plongeant je n’ai pas pu sentir quoi que ce soit. Mon plan est de lever le bateau sous un portique, baisser la quille, enlever la partie arrière amovible (collée au Sikaflex) de la boite d’évacuation et éventuellement de comprendre et résoudre le problème.

Dans ton cas, récupérer la plaque pour la réparer n’est qu’une partie de la solution. Il faut aussi comprendre ou se situe l’obstacle et l’enlever pour que cela ne recommence pas avec une plaque réparée. Je suppose que ta courbure finale de plaque est identique à la mienne avec la partie la plus éloignée des lèvres à l’arrière. Mais si ta courbure est dans l’autre sens, il se peut alors que les deux doigts de la plaque buttent en fin de course sur un obstacle qui les empêche d’aller plus loin et alors la plaque « flambe » par compression horizontale.

Il nous manque visiblement un moyen pratique de voir par le haut ce qui se passe dans la partie arrière du puits de quille sans avoir à mettre le bateau sous un portique. Un deuxième hublot pourrait faire l’affaire mais je pense qu’il doit exister des cathéters pas trop cher avec caméra et éclairage qui pourraient faire l’affaire à partir d’un simple trou de la taille du passe-coque d’évacuation d’eau que l’on a à l’arrière.


Jeudi 13 juillet

Samedi 8 juillet, le portique d’un ami que j’avais utilisé la dernière fois n’étant pas disponible, j’avais demandé à Hobie Shop l’intervention du chantier. Réponse promise pour mardi car Hobie Shop, intermédiaire commercial obligatoire est fermé le lundi. Nouvelle plongée sous le bateau pour finir le nettoyage et essayer de comprendre le problème.

Mardi rendez-vous est pris pour apporter le bateau au chantier mercredi 14h. J’explique tout en détail à Mathieu qui me dit qu’il fera un diagnostic jeudi matin.

Le diagnostic promis reçu cet après-midi est le suivant:

-Fonctionnement normal du système de quille.

-Réglage de la position haute et basse ok.

-Intérieur du puits avec beaucoup de dépôt sur 5-10cm de haut et aucune protection étanche dans le puits n’y antifouling, attention risque d’endommager le système de trappe et à l’osmose si le bateau reste trop longtemps immergé.

En position basse la trappe ne vient pas se plaquer complètement pour obstruer le puits au niveau du bailer, cela est due à un déformation de la trappe sur la longueur.

Elle n’est pas endommagé et ne bloque pas lors de la manœuvre , n’y en position basse.

En navigation elle ne peut pas remonter plus haut, les turbulences créées pas cette position ne sont pas la principale cause d’un fort ralentissement du bateau.

Le technicien a émis une remarque sur la qualité de finition très granuleuse de l’antifouling, la cause du ralentissement vient très certainement de là.

La déformation de la trappe n’est pas rattrapable, elle n’a aucune incidence structurelle, si vous souhaitez un échange de cette trappe, c’ est possible d’ici la fin de semaine prochaine si réponse au plus tard lundi 17.  

Vue intérieure de l’arrière du puits de quille
Plaque de fermeture du puits de quille

Prochain épisode >> Les joies de l’Open

Autopilote

J’ai fait évoluer ma solution d’autopilote pour utilisation initiale en solo, mais comme elle s’avère simple et facilement débrayable sans encombrer inutilement comme la précédente l’espace précieux entre la barre et le palan de GV, elle est aussi utilisable en double.

Cet élastique glisse partout sauf sur un point qui est relié ou non au point d’attache du stick. Il fonctionne sur la base du frottement et bloque la barre dans une position quelconque pour quelques secondes le temps d’aller ajuster quelque chose avec ses deux mains n’importe où sur le bateau. En cas de besoin on reprend le contrôle de la barre simplement en la déplaçant. Pour que la barre reste fixe plus longtemps, il faut augmenter la tension de l’élastique et le frottement sur la barre et cela demande alors un peu plus de force pour reprendre contrôle de la barre.

Matériaux: un gros élastique et deux manilles plastiques.