Cabosse à Biscarrosse

Quelques extraits de la discussion Biscarrosse 2017 du forum Open 500 sur le Championnat de France Quillard auquel Jean et moi avons participé comme première régate de la saison de Sol Ace

Alain (viryvoile) :

« Le rideau est tombé sur le Championnat de France de Voile légère. Les Open 5.00 était la série la plus nombreuse. C’est toujours dans une bonne ambiance que ce sont déroulés les 6 courses disputées par des conditions parfois musclées avec des pointes à plus de 30nds. Des surfs incroyables qui ont ravi les équipages. L’Open 5.00 a tenu la dragée haute dans les conditions musclées face à des bateaux comme le Tempest ou le VX one, se permettant même de finir en temps réel dans les conditions fortes. »

Fred (Père Spikas):

« Un chouette événement dans un bel endroit mais dans des conditions un peu dures. L’esprit Open Way était bien présent sur cette régate FFV : apéro huitres; Merci à Jacques, Bruno et Yvo, maxi dîner chez Camette et la découverte de ses Armagnacs … Tous les bateaux sortis en un rien de temps …. Et de belles batailles sur l’eau. Partage et convivialité.

Pensez à vérifier les roulements de vos remorques (3 remorques sur 9 testées sont dangereuses – Une rentrera sur un plateau) »

Jaffar:

« Mouais, c’était chouette pour ceux qui aiment leur eau quand elle tombe du ciel lors d’une alerte météo orange! Les claques avaient pour moi une soudaineté et une amplitude étonnantes et lors de l’une d’elle j’ai raté la relâche du taquet coinceur de l’écoute de la GV et trouvé un équilibre nouveau, pas trop désagréable dans ces conditions sans vagues et sans sel, avec le mât dans l’eau le temps d’une mini-sieste. L’endroit est effectivement splendide avec cet arrosage automatique naturel qui met cette verdure partout mais l’envers du miroir avait aussi de la verdure que l’on a vaillamment récoltée sur notre quille en nous approchant trop des bords. Il fallait penser à relever la quille pour s’en débarrasser, mais c’était trop m’en demander ce jour là.

Fred c’est la cavalerie légère de l’organisation. Les huitres étaient prévues à l’avance mais l’idée de les faire suivre par un diner gastronomique pour 20 personnes a germé et s’est concrétisée en un claquement de doigts. Ayez une pensée émue pour lui la prochaine fois que n’arrivez pas à réserver une table pour deux! La charge de la cavalerie légère, à pied cette fois-ci, a aussi permis de sortir les bateaux plus rapidement qu’avec les chevaux mécaniques.

Le retour de remorque sur un plateau dont parle Fred c’est moi. J’avais entendu le couinement des roulements à l’aller mais il me fallait essayer de rentrer un jour plus tôt qu’initialement prévu à cause de l’hospitalisation de ma mère. La stratégie suivie était de rouler à 110 et de s’arrêter fréquemment pour vérifier la température des roulements. Puis comme rien ne chauffait apparemment, j’ai commencé à espacer les arrêts jusqu’à ce que à proximité de l’aire de Peypin (!) des voitures nous fassent des signes en doublant. Le service d’assistance de mon assurance a pris en charge le dépannage par un camion plateau. Michel Bourgeois me prête l’essieu presque neuf qu’il réserve pour ses longs trajets et demain je vais faire faire l’échange d’essieu à Aubagne. J’ai commandé un nouvel essieu chez Larose Diffusion mais notre modèle particulier est en rupture de stock en ce moment (tiens, tiens, les Open 500 ont une influence visible sur ce marché!).

Mes leçons Open 500 de l’expédition:
1) relever la quille au moins partiellement en cas de manque de vitesse évident en eau douce ou dans la mer des Sargasses
2) mieux tenir mon écoute de GV particulièrement dans un temps à claques
3) ne pas chercher à finasser avec ces roulements de remorque soit-disant « étanches » et les changer au premier couinement
4) avoir un deuxième essieu de remorque, neuf ou quasiment neuf, réservé aux grands trajets »

Suite de la discussion sur Roulements:

Fred:

« Petit test à effectuer régulièrement sur la remorque avec ou sans le bateau:
– tête d’attelage au sol (sans roue jockey)
– 2 cales sur la roue que l’on ne teste pas
– levage à l’aide du cric pour pouvoir tourner la roue

Symptômes :
– La roue tourne mais croustille. Bruits de frottement: le roulement n’est plus étanche. Il commence à s’abîmer ses jours sont comptés. A surveiller du jeu ne va pas tarder à apparaître.
– La roue tourne avec ou sans bruit mais elle a du jeu.
Le roulement est défectueux et à changer urgemment. Il arrive aussi d’entendre comme un vrombissement lorsque l’on roule. Le niveau de bruit est proportionnel à l’urgence du changement.
– la roue tourne sans effort, sans jeu et sans bruit …. Tout va bien. »

Jaffar:

Attention, certaines remorques, dont la mienne malheureusement, n’ont pas cet essieu standard de 140 cm mais un essieu de 120 cm. Ma référence chez Paillard le constructeur et Larose Diffusion est w3223120. Je viens d’effectuer un aller-retour inutile sur Aubagne pour installer l’essieu de route de Michel sur ma remorque. Cet essieu de 120 porte moins (500 kg au lieu de 550 kg) mais a le gros avantage d’être en stock chez Larose Diffusion.

En ce qui me concerne, ce n’est pas le roulement qui a cédé mais la suspension de l’essieu.

Le précédent propriétaire de ma remorque n’a visiblement pas changé l’essieu depuis trop longtemps. Ne faites pas comme lui, changez votre essieu tous les ans si vous le mettez dans l’eau de mer régulièrement.

Benjamin (La Feignasse):

Si c’est bien nettoyé après une mise à l’eau en mer et tout les ans un peu de peinture contre la rouille il n’y a pas de souci. 9 ans sans problème

Jaffar:

Je respecte l’avis de Benjamin mais je ne suis pas d’accord. Je partage simplement avec le groupe quelques éléments techniques et c’est à chacun de se faire une opinion et de juger du niveau de risque qu’il accepte.

  • J’ai acheté FRA 49 il y a 18 mois et j’ai rincé l’essieu et la remorque après chaque bain de mer
  • L’essieu est scellé, comment rincer l’intérieur ou se trouvent les barres de torsion? C’est l’endroit qui a cassé sur mon essieu
  • Comment peindre cet essieu? Ses quatre boulons en acier non-inox étaient tellement rouillés qu’il a fallu les couper à la disqueuse pour les enlever
  • Le proprio précédent, le gérant de Paris-Voile qui l’utilisait personnellement, a-t-il négligé de rincer sa remorque?
  • Mon essieu avait 10 ans, je souhaite à Benjamin de ne pas avoir à subir de rupture dans la dixième année de son essieu
  • Le patron de l’entreprise Marine Loisirs qui a accepté de me dépanner et qui semble s’y connaitre en remorques bateaux, me dit que le mot « étanche » utilisé pour ces essieux est une tromperie. C’est lui qui m’a dit de changer l’essieu tous les ans s’il va régulièrement dans l’eau de mer
  • Je vais désormais faire comme Michel et son groupe Open 500 de Toulon et avoir un deuxième essieu neuf réservé aux longs trajets

Questions sur l’Open 500

Bonjour Jaffar.

Je viens de prendre connaissance de votre blog sur la voile légère et je vous remercie de consacrer un peu de votre temps pour faire partager votre passion.

Je me présente, Jean-Christophe, prochaine victime de la soixantaine et amateur de voile légère, depuis mes premiers pas en Bretagne à Carnac. J’habite depuis bientôt 7 ans à Vilamoura, en Algarve au sud du Portugal ou je partage la plupart de mes journées entre mes 3 petits bateaux et quelques zones de trial dans la Serra toute proche. Je possède donc, un B14 pour des sorties un peu trop extrêmes, un Tornado pour naviguer à vite à plat et un RS100 quand mes équipiers sont occupés ailleurs.

Je souhaite me séparer du B14 pour acheter un Open 5.00 qui correspond plus au programme de navigation d’un vieil homme et surtout, pour la sécurité en mer, inexistante ici hors période estivale.

Je suis actuellement en période de négociations avec 2 bateaux à vendre sur le site de l’association, le FRA 081 et FRA 096.

Le prix sont en forte baisse mais, après consultation du forum, j’ai quelques doutes sur la fiabilité du système mécanique de quille et des roulements de remorque, devant faire au moins 2000 KM pour descendre un bateau.

Je me demande aussi si l’emploi d’une remorque de mise à l’eau facilite les manœuvres sur cale ou si la remorque de route est suffisante sachant que le bateau ne roulera jamais sur le sable.

Je vous joins quelques photos du plan d’eau à Vilamoura avec les petits bateaux, y compris un embarquement express sur un 420 lors de la régate du Carnaval la semaine dernière. http://www.cimav.org/noticias_detalhe.php?id=83

Dans l’attente de vous lire

Bonne réception

Cumprimentos do Algarve

Jean-Christophe

Merci pour ton intérêt dans mon blog. Je ne connais pas encore l’Open 500 aussi bien que mes bateaux précédents, mais je vais essayer de répondre pour le mieux. Il se trouve que j’ai failli acheter FRA 081 l’été dernier. J’ai reculé mon achat pour me donner le temps de mieux connaitre l’Open 500 grâce à Michel et mes amis du YC Toulon et de trouver une solution pour son parking à Hyères. Yves, son propriétaire, est un ancien camarade de promotion que j’ai retrouvé à l’occasion de l’essai en mer de son bateau avec lui-même, son fils et son petit-fils. Le bateau est en excellent état pour son âge, ayant peu navigué, mais je voulais des voiles plus proches du neuf pour être compétitif en régates de classe. Tu poses trois questions dont deux spécifiques à l’Open 500.

  • Fiabilité de la mécanique de quille. Ce système serait une des raisons pour lesquelles Hobie ne cherche pas à promouvoir le bateau, non pas parce qu’il ne marche pas mais parce qu’il est couteux à produire. Sur l’eau j’ai trouvé qu’il fonctionnait bien et que pouvoir rentrer complètement la quille pour beacher ou remettre le bateau sur sa remorque était un énorme avantage. Par contre c’est long, fatigant (!) et fastidieux de tirer sur cette boucle sans fin pour faire ces manœuvres de quille. Je comprends que le mécanisme peut s’endommager dans deux cas: (a) un talonnage de la quille qui pousse brutalement la vis sans fin vers l’avant – le parcours compliqué de la boucle sans fin qui sert à monter ou descendre la quille est fait pour permettre un certain mouvement de la vis sans fin vers l’avant, mais au-delà d’une certaine limite, cette boucle force la poulie ajourée de la tête de la vis sans fin de suivre une trajectoire circulaire et non plus rectiligne et cela fait un mal plus ou moins grand à ce mécanisme et conduit à son remplacement par le chantier; (b) lorsque le bateau est retourné sur sa remorque de route, la quille est maintenue en position haute par le mécanisme. avant de partir il faut veiller à faire redescendre légèrement la quille pour que son poids repose sur la barre transversale de la remorque au lieu de mettre à mal les paliers du mécanisme par un gros effort mécanique permanent; cela est encore plus important lorsque l’on doit prendre la route à cause des chocs et chaos divers. Le FRA 081 a un mécanisme complètement remis à neuf par le chantier récemment, ce qui est un point positif.
  • Fiabilité des roulements de la remorque de route. C’est vrai que c’est un point faible de cette remorque car il faut mettre ces roulements dans l’eau de mer lors d’un lancement. Il faut bien rincer ces roulements après le retour du bateau. Mais, malgré ces rinçages il faut aussi prévoir de remplacer ces roulements régulièrement bien qu’ils soient censés être étanches. Dans ton cas, il faut poser les bonnes questions aux vendeurs et si ces roulements commencent à donner le moindre signe de faiblesse, les changer préventivement avant de faire tes 2000 km. C’est une opération relativement facile et peu couteuse qui peut se faire avec le bateau sur la remorque.
  • Chariot de misalo. Effectivement, l’utilisation d’un chariot spécifique de mise à l’eau est une excellente solution pour préserver les roulements de la remorque de route des dommages de l’eau de mer. Il faut trouver la place de stocker cette remorque de route et ensuite, au moment de prendre la route, mettre la misalo dans le cockpit du bateau car la remorque de route n’a pas été conçue pour accueillir le bateau sur la misalo. Je n’ai jamais vu cette misalo spécifique à l’Open 500, qui ne semble pas très répandue. Les Open 500 du YC Toulon sont mis à l’eau à partir de la remorque de route. Ces bateaux restent donc à terre sur la remorque de route qui est bien adaptée à cet usage. L’avantage du chariot de misalo est d’être un peu plus léger et un peu plus bas pour les manipulations à terre et de préserver les roulements de la remorque de route du contact avec l’eau.

J’espère que l’on pourra bientôt te souhaiter la bienvenue dans la classe. Si tu passes essayer ou prendre FRA 081, fait moi signe avant, il y a de fortes chances que je soit dans le voisinage.

Bye bye Albatros 008

2014-07-12 11.31.11cr

J’ai rapporté l’Albatros 008 à TousSurL’Eau. Je passe maintenant à l’Open 5.00 Sol Ace qui figure sur le nouvel en-tête de mon blog. Je tourne la page et retourne à la voile solo sous spi, que l’Albatros ne me permettait pas de faire.

La route de Hyères à Jouy-en-Jossas a été longue et, dans sa première moitié, pénible contre un fort mistral. J’avais passé de longues heures à bien arrimer tout le matériel dans la coque et sur la remorque de route. Seul un film étirable de protection du mât s’est détaché sous le fort vent et je m’en suis rendu compte en observant l’ombre du mât sur la route! Ce n’est que la deuxième fois que je bouge ce bateau sur une bonne distance mais je confirme que l’ensemble remorque + bateau est très agréable à tracter à 120 km/h même avec des rafales de vent de 80 km/h. C’est la consommation inhabituelle de ma 3008 HY4 qui m’a fait lever le pied dans la première partie du trajet. L’aspect paisible de cet attelage est presque dangereux car j’ai failli oublier la hauteur de 2,50 m du bout avant du mât (l’élévation du mât au dessus de la voiture n’est pas réglable avec cette remorque) au premier péage. Il faut prendre les voies PL aux péages.

Finot va remettre le bateau au niveau des autres unités de la production actuelle et se charger de sa vente en occasion. Si vous êtes intéressés, contactez Jean-Marie Finot ou Jung Han.